L’AIRFLOW® et la poudre PLUS:

Des outils simples d’utilisation et efficaces pour la maintenance implantaire et le traitement des maladies péri-implantaires. 

Dr. Jaques Hassid
Nous savons maintenant que cinq à dix ans après la pose d’un implant, 20% des patients sont touchés par une maladie péri-implantaire. C’est pour cette raison qu’en l’absence d’un suivi et d’un contrôle réguliers appelés « maintenance », le risque de péri-implantite augmente. (Mombelli A, Müller N, Cionca N. The epidemiology of peri- implantitis. Clin Oral Implants Res 2012 ; 23 Suppl 6 : 67-76.) Nous savons également que l’utilisation d’inserts métalliques ou de curettes pour l’élimination des dépôts bactériens est néfaste, et ceci est d’autant plus vrai sur les surfaces  implantaires. Ces instruments vont, en effet, endommager la surface de l’implant et les tissus avoisinants.
Aujourd’hui, EMS propose un protocole simple mais efficace pour éliminer le biofilm, en alliant ses technologies AIRFLOW® et PERIOFLOW® et sa nouvelle poudre PLUS, à base d’érythritol.  
Grâce à sa granulométrie ultra fine (14 μm avec 0.3 %CHX), la poudre PLUS va éliminer tout en douceur le biofilm et le tartre récemment formé en sous et supra-gingival sans altérer les surfaces implantaires et les tissus gingivaux.

La pièce à main AIRFLOW® permet un nettoyage complet et confortable pour le patient du sulcus péri-implantaire jusqu’à une profondeur de 4mm.
La pièce à main AIRFLOW® PERIO avec sa busette en plastique souple à usage unique prend le relais pour l’élimination du biofilm dans les poches péri-implantaires d’une profondeur de 4 à 9 mm. sans endommager la surface de l’implant.
Avec ce protocole, l’utilisation d’instruments ultrasoniques ne devient plus systématiques. En effet, après avoir effectué un nettoyage avec la poudre PLUS et la pièce à  AIRFLOW et si besoin PERIOFLOW, vous visualisez facilement les éventuels dépôts de tartre restant sur la surface implantaire et n’intervenez avec des instruments ultrasoniques que si cela est nécessaire sur les concrétions tartriques. Ce protocole sera nettement moins traumatique pour les tissus mous et les surfaces implantaires. De plus, il satisfera et fidélisera vos patients par son confort et ses résultats significatifs.

En pratique… du cas simple au cas plus complexe

Traitement d’une mucosite

  • Patiente de 70 ans qui présente une inflammation péri-implantaire (fig.4)
  • symptômes : douleurs et gêne fonctionnelle
  • Dépose de la barre , nettoyage avec la poudre PLUS et la pièce à main AIRFLOW® (fig.5 et 6)
  • Contrôle à 15 jours => disparition des symptômes (fig.7)

Fig.4 situation initiale

Fig.4 situation initiale    

Fig.5 nettoyage avec la poudre PLUS et la pièce à main AIRFLOW®

Fig.5 nettoyage avec la poudre PLUS et la pièce à main AIRFLOW®

Fig.6 après nettoyage avec l’AIRFLOW® et la poudre Plus

Fig.6 après nettoyage avec l’AIRFLOW® et la poudre Plus

Fig.7 Contrôle à 15 jours

Fig.7 Contrôle à 15 jours


Traitement d’une péri-implantite

Une patiente née en 1968 sans problème de santé se plaint d’une inflammation péri-implantaire persistante avec saignements au brossage. Lors de l’examen clinique et radiologique , je constate trois implants placés en 45, 46 et 47. Ces implants ont été posés en 2005.Un défaut péri-implantaire est diagnostiqué sur l’ implant 45.
Après avoir constaté une péri-implantite moyenne, le plan de traitement a été le suivant :

  • Motivation et enseignement d’une hygiène bucco-dentaire
  • Les moyens utilisés : la poudre AirFlow® Plus et l’instrument Piezon® PI  en PEEK de EMS, à raison de trois séances sur trois semaines.
  • Une antibiothérapie par voie générale (Amoxicilline 500 3x/jour et Métronidazole 500 2x/jour pendant 10 jours)et bains de bouche à base de Chlorhexidine 0,2% ont été prescrit.

Fig.8 Situation initiale

Fig.8 Situation initiale    

Fig.9 Examen radiographique initial

Fig.9 Examen radiographique initial

Fig.10 Le sondage révèle une poche  de 7 mm en distal, 7mm en mésial et 6mm  en vestibulaire.

Fig.10 Le sondage révèle une poche  de 7 mm en distal, 7mm en mésial et 6mm  en vestibulaire.

Fig.11 La prothèse supra-implantaire est déposé afin d’améliorer l’accès lors du traitement.

Fig.11 La prothèse supra-implantaire est déposé afin d’améliorer l’accès lors du traitement.

Fig. 12 La busette PERIO EMS est délicatement introduit dans la poche puis un mouvement de va et vient pendant 5 secondes est appliqué.

Fig. 12 La busette PERIO EMS est délicatement introduit dans la poche puis un mouvement de va et vient pendant 5 secondes est appliqué.

Fig.13  Instrument PI EMS en PEEK

Fig.13  Instrument PI EMS en PEEK 

Fig.14 Contrôle à 6 mois,on note la résolution  de l’inflammation gingivale.

Fig.14 Contrôle à 6 mois,on note la résolution  de l’inflammation gingivale.

Fig.15 Radiographie 6 mois

Fig.15 Radiographie 6 mois

Fig.16 Contrôle à 1 an

Fig.16 Contrôle à 1 an

Fig.17 Radiographie à 1an

Fig.17 Radiographie à 1 an 


A 1 an post-opératoire, le sondage réalisé montre une nette amélioration car les valeurs sont sur la dent n°45 : 3 mm en distal,2 mm en vestibulaire ,3 mm en mésial et 2 mm en lingual.


jaques hassid

JACQUES HASSID
8 rue d'Orbey 68000 Colmar
@j.hassid@wanadoo.fr